Romain Rousseaux Perin | Jour 26 – Rencontres avec YUUA Architects, Yoshiyuki Yamana, Imamura Souhei et Tatsuo Iwaoka
2688
post-template-default,single,single-post,postid-2688,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.1,popup-menu-fade,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive

Jour 26 – Rencontres avec YUUA Architects, Yoshiyuki Yamana, Imamura Souhei et Tatsuo Iwaoka

Ces deux derniers jours ont été très chargés et riches de très belles rencontres. Hier matin, je suis allé voir l’exposition sur l’évolution de la maison japonaise depuis 1945. Entre maisons traditionnelles, préfabrication, références notoires et maquettes de projets contemporains, le portrait de la maison japonaise à travers les âges y est très bien retranscrit. Je n’ai pourtant pas planifié mon voyage pour faire cette exposition, mais on peut dire qu’elle tombe à pic !

Entre autres projets, on pouvait y redécouvrir par le biais des maquettes les projets de Yoshiharu Tsukamoto (atelier Bow-wow) et de Sou Fujimoto (House NA, présentée dans un précédent article), deux architectes à la renommée internationale, bien qu’ils ne représentent pas l’essentiel de la production japonaise.

L’exposition mettait également un point d’honneur au processus de réflexion ayant mené aux projets présentés : c’est le cas ici de la Double Helix House de l’agence Onishimaki + Hyakudauyuki Architects. Le dessin ci-dessous est l’image parfaite pour résumer la pensée des architectes. Ici, le parcours est au centre de l’attention.

La journée s’est terminée par une déambulation dans Ueno avant de retrouver le professeur de la Tokyo University of Science et ses deux étudiants pour un dîner coréen aux surprises gustatives autant rebutantes qu’agréables. Sur les quelques photographies ci-dessous, j’ai essayé de mettre en évidence cet investissement par les petits commerces du dessous des ponts des voies ferroviaires pratiquées par les lignes aériennes JR.

Aujourd’hui, ambiance studieuse, et entretiens qui ont apporté beaucoup sur la question urbaine, au regard de la densification par l’habitat individuel. Madoka Aihara et Florent Baudry de l’agence YUUA Architects m’ont accueilli dans la matinée pour discuter de l’habitat individuel petit, et notamment de leur projet 1.8-M Width House (un de mes projets favoris). Comme son nom l’indique, cette petite maison au centre de Tokyo ne mesure que 1.80 mètres de large à l’intérieur. Pour faire simple, je touche les murs de part et d’autre, les bras tendus. Le terrain ne mesure que 2 mètres par 12 mètres, soit 24 mètres carrés de surface au sol. Une des règles en matière d’urbanisme au Japon, est de contraindre toute construction à un minimum d’accès à l’espace public de 2 mètres de large. En somme, tout terrain n’ayant pas au minimum 2 mètres de largeur d’accès sur la rue est inconstructible. Dans ce cas-là, on est donc à la limite de la constructibilité. Un projet à découvrir ici. Je vous encourage évidemment à découvrir les autres projets de cette belle agence (tant dans leurs projets que dans l’agence elle-même !).

Ma journée s’est poursuivie par deux entretiens avec les professeurs et architectes Imamura Souhei (théoricien également) et Yoshiyuki Yamana (rencontre de travail donc). Nos discussions ont porté essentiellement sur la condition urbaine au Japon, sur les évolutions sociales et sociétales et leurs impacts sur les formes urbaines. La soirée passée avec Yoshiyuki Yamana et Tatsuo Iwaoka (que je rencontrerai pour un entretien en novembre) a mis un beau point final à cette journée intense, mais qui m’en a appris beaucoup, encore une fois (et au risque de me répéter). Au passage, je dois bien vous avouer que j’envie l’espace de travail des étudiants de la Tokyo University of Science (photo d’illustration en haut de l’article).

ロマン

No Comments

Laisser un commentaire