Romain Rousseaux Perin | Jour 21 – Rencontre avec Masaki Endoh
2630
post-template-default,single,single-post,postid-2630,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.1,popup-menu-fade,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive

Jour 21 – Rencontre avec Masaki Endoh

Aujourd’hui, j’ai eu la chance de rencontrer Masaki Endoh, l’architecte de la Natural Ellipse House vue mercredi. Je dis “la chance”, parce qu’il a non seulement réalisé un nombre important de petites maisons, mais il officie en tant que professeur des Universités où il tient notamment un cours sur les petites maisons individuelles nippones. Masaki Endoh m’a transmis beaucoup de son savoir sur le sujet. Nous avons pu aborder un aspect que je n’avais jusqu’ici qu’effleuré : la statistique. La série de graphes qu’il m’a montré me permet de mieux comprendre aujourd’hui pourquoi l’on construit autant et de si petites maisons au Japon. Je connais également mieux le rôle qu’occupent les constructeurs de maisons individuelles. En réalité, le marché de la maison individuelle au Japon ressemble étrangement à celui de la France : une très large majorité des maisons construites au Japon le sont par des constructeurs de maisons individuelles, du type Sekisui ou Daiwa House dont je vous parlais dans un précédent article. Les architectes ne représentent qu’une infime minorité. Leurs clients sont souvent des ménages issues de la classe moyenne supérieure. Un service que ne s’offre donc pas tous les Japonais.

Pour Masaki Endoh, les petites maisons individuelles sont des terrains d’expérimentation et de challenge précieux. Dans la Natural Ellipse House par exemple, il a réussi à développer une structure acier + plastique impliquant une technique de découpe jamais utilisée jusqu’ici au Japon. Par ce projet et les technologies employées, il a réussi à illustrer tout le potentiel des petites parcelles à travers une architecture unique, faisant presque figure de symbole aujourd’hui. À l’intérieur, il n’y a non pas un, mais deux logements, pensé par le propriétaire et client de l’architecte comme un revenu supplémentaire après sa mise en location, afin de rembourser plus rapidement son emprunt à la banque. Dans le plan, les deux entrées sont individualisées, les deux appartements s’entremêlent dans un jeu savant autour de la colonne vertébrale centrale du projet. Une vidéo réalisée par des belges, qui explique assez bien le projet :

À l’issue de ce rendez-vous, je me suis permis une petite escapade dans le quartier de l’agence de Masaki Endoh, EDH Design House, pour découvrir une autre maison réalisée par l’Atelier Tekuto, la Reflection of Mineral, construite en 2006. Un point de vue nocturne sympa. On remarque ici, comme dans de nombreuses autres références, une façade moins travaillée que les autres. Et pour cause, elle sera sans doute cachée prochainement par une nouvelle construction voisine… Mais peu importe, on se laisse surtout séduire par ce projet prenant la forme d’un origami orchestrant savamment l’angle de l’îlot. Cliquez ici pour en apprendre plus sur ce projet. On remarquera au passage que la façade a été repeinte. Dans la nuit, difficile de dire la couleur exacte, mais on semble être sur des tons plus sombres, la couleur originale du projet étant le blanc.

Demain, je retrouve Megumi Hosaka pour la visite d’une petite maison de leur agence, dont j’apprécie décidément beaucoup le travail. À demain donc !

ロマン

No Comments

Laisser un commentaire