Romain Rousseaux Perin | Jour 17 – Matoï ! No ?
2544
post-template-default,single,single-post,postid-2544,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.1,popup-menu-fade,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive

Jour 17 – Matoï ! No ?

Les gâteaux gonflent à travers les vitres des fours brûlants. Une odeur savoureuse emplit le volume dans lequel nous nous invitons. Aujourd’hui, je me suis carrément trompé de mois. Oui, pas de jour, de mois ! Situation un peu embarrassante, mais pas malheureuse, puisque Julien et moi avons été très gentiment accueillis à la Tsubomi House, une petite maison de 75 m2 dans le quartier de Setagaya. La Tsubomi House a été construite en 2010 par l’architecte Yoshinori Sakano de l’agence Flat House. Une maison au design remarquable sur laquelle je reviendrai plus longuement le mois prochain lorsque j’aurai, cette fois, rencontré l’architecte en personne. Néanmoins, et c’est là le point positif du jour en dépit de cette bourde, j’ai pu mener un entretien avec l’habitante de cette belle petite maison. Ce n’est pourtant pas chose aisée.

Le rez-de-chaussée de la maison comprend une petite boutique de biscuits. Cette particularité ne manque pas de nous interpeler, tant par l’odeur que par l’originalité du programme. L’articulation avec les autres espaces de la maison est assez fin. Les explications de l’habitante ont été une précieuse source d’informations pour comprendre mieux le projet. Par respect pour l’intimité familiale dans laquelle nous nous sommes invités malgré nous, je n’ai pas pris de photographies, mais je ne manquerai pas d’en ramener à la suite de ma prochaine visite, plus officielle cette fois.

Non, je n’ai pas de clichés de la Tsubomi House, mais j’ai des clichés nocturnes d’un festival shintô qui a lieu en ce moment même sur 3 jours dans le quartier où je réside. Tambourins, amusement, sourire et partage sous la pluie, un moment convivial où toutes les générations se côtoient, où les étrangers sont les bienvenus, où le temps ne compte plus. Les battements au ton répétitif rythment l’écoulement de secondes plus longues, plus joyeuses, plus insouciantes.

Demain, je rencontrerai (cette fois, je suis sûr de la date et de l’heure !) Hideyuki Nakayama, l’architecte de la O House à Kyoto, à découvrir en vidéo en cliquant ici !

ロマン

No Comments

Laisser un commentaire