Romain Rousseaux Perin | Jour 13 – Maquettes, figurines et compacité
2522
post-template-default,single,single-post,postid-2522,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-3.1,popup-menu-fade,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive

Jour 13 – Maquettes, figurines et compacité

Ce n’est pas la première fois que je croise des figurines et maquettes en tous genres dans les magasins qui animent les artères de Tokyo. Çà et là, on retrouve un choix impressionnant de modélisation de saynètes quotidiennes réalistes. Cette propension à figurer en petit des anecdotes du quotidien ne manque pas de m’interroger. Pourquoi ? Pourquoi cette passion pour les petits objets ? Pourrait-on mettre cela en parallèle à toute forme d’accommodation aux petits espaces d’habitation ?

Je ne sais pas si je serai en mesure de comprendre cela avant la fin de mon séjour, si je serai apte à établir un lien entre cet intérêt inter-générationnel pour les petits objets de divertissement et les petites surfaces d’habitation. Mais il semble évident, en marchant dans les rues de Tokyo, que le dimensionnement de chaque élément composant le paysage dépende d’une unité de mesure ajustée aux besoins individuels et communs, sans recours à l’excès ou à toute forme de “marge de sécurité”. Les rues ne sont pas larges, la plupart ont un trottoir simplement marqué d’un trait blanc au sol, voitures et piétons cohabitent sans aucun problème. La taille des rues conditionne une circulation douce et partagée, à une échelle plus adaptée à l’habitant qu’aux véhicules de passage. Les véhicules eux-mêmes n’ont pas de proportions exubérantes. Le camion de poubelles ci-dessous doit faire la taille d’une petite fourgonnette rencontrée fréquemment en France (cela doit suffire à vider le peu de poubelles présentes dans les rues). Les voitures de marque japonaise sont taillés au couteau, prenant la forme de pots de yaourt : pas forcément très design, mais… suffisant pour rouler et se garer en toute facilité. Il serait intéressant de regarder de plus près comment la mécanique s’organise sous la carrosserie. Les constructeurs optimisent-ils l’utilisation du volume intérieur ? Même s’il manque une personne sur les photos pour donner l’échelle, la compacité des voitures japonaises saute aux yeux. Quelle(s) justification(s) ?

Une chose qui garde bien une taille standard, c’est l’avion qu’Olivier a repris aujourd’hui pour Pékin. J’espère pouvoir le revoir très vite ! Et bon anniversaire à Reiko, notre hôte japonaise si gentille et pleine de belles attentions !

Demain, deux rendez-vous au programme : je rencontre Unemori Architect le matin, et Takeshi Hosaka l’après-midi, l’architecte de la LOVE House dont j’ai parlé dans un précédent article.

ロマン

No Comments

Laisser un commentaire