Romain Rousseaux Perin | Jour 63 – Journée “Architecture” : Moriyama House, Tokyo Apartment et Mini House
3487
post-template-default,single,single-post,postid-3487,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,boxed,select-theme-ver-3.1,menu-animation-underline,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive

Jour 63 – Journée “Architecture” : Moriyama House, Tokyo Apartment et Mini House

C’était donc journée “architecture”. Pas des moindres, puisqu’au programme : la Moriyama House de Rue Nishizawa (SANAA), le projet Tokyo Apartment de Sou Fujimoto, et la Mini House de Yoshiharu Tsukamoto (Atelier Bow-Wow).

La Moriyama House a été construite en 2005 pour un propriétaire souhaitant une maison individuelle et des logements à louer. Voici une présentation succincte du projet, reprise du site internet de la FRAC du Centre : “Située dans un quartier résidentiel, cette maison particulière à volumes multiples est cernée de constructions à un ou deux étages. Les neuf unités composant le logement du propriétaire et ceux de ses locataires – pour un total de 130 m² au sol et 264 m² habitables, sont réparties sur un terrain d’à peine 300 m². Le principe d’éclatement choisi par l’architecte reproduit le modèle urbain du quartier en jouant sur la répétition d’éléments séparés par de minces intervalles qui deviennent des jardins ou des cours. L’architecte a pu fixer en toute liberté la taille et la géométrie des espaces, créant toute une variété de modules d’habitations dont la hauteur varie de 2,1 m à 7,8 m : bâtiment de 2 étages, bâtiment rectangulaire semi enterré, habitation avec grande hauteur de plafond, maison cernée de tous côtés par un jardin. Nishizawa déploie toute une palette d’espaces extérieurs, étroits ou plus larges, à l’instar de jardinets et d’allées, chacune offrant de multiples variations dans le rapport qu’elle entretient avec son jardin. Ce projet semble ainsi à l’image même de Tokyo, puisque la vie, loin d’être confinée à l’intérieur, trouve un prolongement multiple et continu dans un jardin ou une allée”. Au-delà, ce projet illustre une chose essentielle, dans ma réflexion sur l’habitat individuel urbain de demain : l’art de faire vivre ensemble plusieurs individus, en préservant l’intimité sans tourner le dos à la communauté. Ci-dessous, la Moriyama House est au centre de la vue aérienne. Mais si, concentrez-vous !

Comme de nombreux projets avec de généreuses ouvertures, la plupart des fenêtres affichaient rideaux tirés. L’effet est évidemment tout à fait différent par rapport aux photographies “officielles”. L’histoire ne dit pas comment se passe la cohabitation avec tous les voisins dans le temps (j’ai compté 6 boîtes aux lettres, ce n’est pas rien !), les rotations éventuelles dans les logements en location, l’efficacité des espaces extérieurs partagés, etc. Le réel avantage de penser un projet de ce type sur une seule et même parcelle, c’est la possibilité de s’astreindre des règles de prospect applicables lorsque les terrains sont distincts. Sur l’expérimentation en cours à Châlons-en-Champagne, dont je vous parlerai le moment venu, c’est sans doute un handicap de départ (mais pas inéluctable à l’heure actuelle).

Beaucoup plus loin, plus au nord, je rejoins le projet Tokyo Apartment de Sou Fujimoto. Ici, pas de petite maison, pas de maison du tout même, si ce n’est la forme du projet qui nous en rappelle la thématique. On notera l’entrée individualisée des quatre appartements, qui fonctionnent chacun avec plusieurs unités séparées par des échelles intérieures ou des escaliers extérieurs. Empilées les unes sur les autres, elles traduisent la volonté de l’architecte d’offrir la possibilité aux locataires de vivre en famille, en tant que communauté. Le terrain fait 83 mètres carrés, la surface habitable totale avoisine les 180 mètres carrés, soit 45 mètres carrés par appartement en moyenne. Bon, très franchement, même si le concept est séduisant, et en ayant bien sûr en tête la philosophie de l’architecte,  je reste assez mitigé sur ce projet.

Enfin, à 45 minutes à pied du projet de Fujimoto, la Mini House de Yoshiharu Tsukamoto se glisse entre deux maisons dans une petite rue à deux pas d’un axe commerçant et d’une artère où la circulation automobile est très intense (un ancien champ, à l’époque de la construction). Le terrain mesure 77 mètres carrés, la maison occupe 41 mètres carrés au sol pour une surface habitable de 90 mètres carrés. La Mini House a été construite avec des matériaux peu chers. Installée sur un site voué à la construction d’une route, sa durée de vie était de fait limitée. Mais depuis 1999, elle n’a pas bougé, et semble avoir encore quelques belles années devant elle.

Au passage, remarquez la petite pépite juste à côté de la Mini House, une maison digne des décors Disney.

ロマン

No Comments

Post a Comment