Romain Rousseaux Perin | Jour 50 – Rencontre avec Teruo Miyahara
3293
post-template-default,single,single-post,postid-3293,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,boxed,select-theme-ver-3.1,menu-animation-underline,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive

Jour 50 – Rencontre avec Teruo Miyahara

Aujourd’hui, je rencontrais en début d’après-midi l’architecte Teruo Miyahara, ainsi que les habitants de sa House_EN, construite en 2011 à l’Ouest de Tōkyō, dans un environnement mêlant habitats individuel et collectif. On ne saurait discerner quel type est dominant. Ici, la densité est moins élevée que dans les quartiers centraux. On y croise même des champs de légumes.

Au Japon, les opérations de logements collectifs ont presque toutes un point commun : l’entrée des logements se fait depuis une coursive à laquelle on accède par un escalier extérieur. Que cela soit de petites ou de grandes barres de logements de 3 à 15 niveaux, c’est une permanence. Ses “qualités” me font rejoindre le propos tenu par Cécile Asanuma-Brice, chercheuse au CNRS à la Maison Franco-Japonaise de Tōkyō, qui considère que les maisons individuelles japonaises des constructeurs s’apparentent de plus en plus à du logement collectif à l’horizontale.

Voici donc la House_EN, conçue pour un couple avec un enfant (et pas plus). L’extérieur est sobre. Il n’y a que très peu de fenêtres visibles depuis l’espace public, d’une part pour se protéger du voisinage, et d’autre part pour éviter l’apport de lumière direct. Ainsi, le volume de biais qui sert également d’abri à l’entrée est en réalité une petite cour triangulaire accessible depuis le premier étage, qui apporte toute la lumière nécessaire à l’habitacle intérieur.

Malheureusement, il faisait moche aujourd’hui… On n’aura donc pas le loisir de profiter pleinement de la lumière tamisée du patio, mais à défaut, on apprécie le travail sur un éclairage dissimulé qui donne une ambiance particulière à la cuisine, pensée comme “une scène de théâtre”. Celle-ci marque en effet une différence de niveaux d’une trentaine de centimètres avec l’espace du séjour, depuis lequel la photographie ci-dessous a été prise.

Le sol du petit couloir qui relie la cage d’escalier au salon est constitué d’une grille de fibres de plastique, qui laisse passer la lumière au rez-de-chaussée. L’architecte explique qu’il a réfléchi à chaque détail pour optimiser l’apport de lumière naturelle indirecte à l’intérieur de la maison.

Le “loft” du dernier niveau, la “tea room”, est basse de plafond (moins de 1,40 mètre de hauteur pour qu’elle ne soit pas comptée dans la surface habitable totale). Elle se pratique assise, reprenant les codes traditionnelles de la cérémonie du thé. Prochainement, cet espace sera retravaillé pour servir exclusivement de chambre à leur enfant.

Pour résumer on retrouve au rez-de-chaussée l’entrée avec un espace pour se déchausser, une chambre parentale avec salle de bain attenante, un WC et quelques rangements. Le deuxième étage regroupe cuisine et salon avec un petit balcon qui apporte toute la lumière nécessaire aux espaces de vie, le dernier niveau s’apparente à un loft, au plafond bas, pouvant servir de pièce à thé ou de chambre d’enfant. La maison fait au total 72 mètres carrés, pour un terrain de près de 38 mètres carrés.

Je remercie infiniment Teruo Miyahara et toute la famille de la House_EN de m’avoir si gentiment accueilli chez eux et de m’avoir accordé de leur temps. Ce regard croisé architecte/habitants est précieux, ce n’est que le deuxième échange de ce type que j’arrive à avoir au Japon. Demain, je reste à la maison pour travailler sur mes retranscriptions. Je ne ferai donc pas d’article, mais vous donne rendez-vous lundi. Je vous raconterai ma rencontre avec Bill Galloway, de FrontOffice. Bon dimanche !

ロマン

No Comments

Post a Comment